pixel_trans
pixel_trans
Mon panier
Aucun article
0

Nous contacter:

06 79 78 46 99

>
» » » Le retour des insecticides Tueurs d'Abeilles

Le retour des insecticides Tueurs d'Abeilles



samedi 05 septembre 2020

Décidément, il ne faut jamais baisser la garde, ni tourner le dos aux lobbies des pesticides… En plein milieu de l’été, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a annoncé le retour de l’utilisation des néonicotinoïdes, sur les betteraves, revenant sur l’interdiction de ces insecticides « tueurs d’abeilles ».  

Le gouvernement a plié sous la pression : il propose des dérogations à la loi qui bannit le recours aux néonicotinoïdes depuis 2018 car ces insecticides chimiques présentent des risques inacceptables pour les insectes pollinisateurs, les sols, l’eau et notre santé. Un recul qui est un nouveau coup dur pour notre alimentation et pour une biodiversité bien mal en point : la quantité d’insectes volants a diminué de près de 80% en moins de 30 ans.

Ces dérogations étaient ce matin à l’agenda du conseil des ministres. Les député.e.s doivent voter cet hallucinant rétropédalage dans les prochaines semaines.

 
 
 

Agissons

Hors de question de laisser passer : face à cette menace, foodwatch joint ses forces à une coalition d’organisations de la société civile qui interpelle le Gouvernement et les député.e.s pour rejeter ce projet. Nos forces, ce sont aussi vos forces, dont nous avons besoin pour continuer à agir ensemble et en toute indépendance.

 
 
     
 
     
 
  AGISSONS !  
 
 
 
 

On ne touche pas à la loi qui interdit les néonicotinoïdes

La plupart des insecticides sont utilisés en pulvérisation sur les cultures dans les champs, en cas de présence de ravageurs. Mais les néonicotinoïdes sont, eux, utilisés de façon préventive pour enrober les semences dès le départ. Ils sont alors présents de façon systématique dans la plante, s’accumulent dans les sols et peuvent contaminer nappes phréatiques et eaux de nos rivières, mais aussi les cultures ultérieures dans ces champs.

Ces produits phytosanitaires ont en plus un effet neurotoxique même à très faible dose : ils altèrent le système nerveux des insectes. Les abeilles, essentielles à nos écosystèmes et à la production de notre alimentation, sont fortement touchées – désorientation, hausse de la mortailité.

Il a fallu attendre des années pour qu’une loi interdise enfin l’utilisation des néonicotinoïdes. Et il suffit de l’action de quelques lobbies en plein été pour faire revenir par la porte de derrière ces insecticides « tueurs d’abeilles » ?

C’est non. D’autant plus qu’un pas en arrière peut en cacher un autre : le texte qui est sur la table ne précise pas que la dérogation demandée ne serait applicable que pour les producteurs de betteraves… Ce qui ouvre plus grand encore la porte de derrière pour un retour de ces insecticides indésirables. Or il existe des alternatives, et le Gouvernement peut même apporter des compensations économiques en cas de pertes de récoltes exceptionnelles, comme les producteurs de betteraves semblent le craindre suite à une maladie transmise par un puceron.  

 

Pesticides et compagnie

Un tel recul serait inacceptable, alors qu’il est si urgent d’avancer plus vite vers une agriculture et une alimentation plus sûres et plus durables. Et il y a du boulot sur le thème des pesticides. Nous allons notamment continuer et intensifier nos campagnes sur des points chauds, avec vous :  

- Glyphosate: Emmanuel Macron avait promis une sortie en France pour début 2021 et vous êtes des dizaines de milliers mobilisés avec nous.

- Les pesticides interdits en Europe car dangereux pour la santé et l’environnement peuvent TOUJOURS être produits en Europe, exportés, utilisés ailleurs et revenir en boomerang dans nos assiettes. Les actions de foodwatch lancées en avril en France, Bruxelles, en Allemagne et aux Pays-Bas se poursuivent, ciblent Monsanto-Bayer, BASF et Syngenta, et interpellent aussi la Commission européenne.

 
   
L’administrateur du site est actuellement en ligne ! Discuter