Accès à mon compte
Identifiant
Password
      
Accueil Boutique Echanges Portail Infos Inscription Blog

MENU

 Les Vidéos

 Actualités

 Articles bio-ethic

 Articles des adhérents

 Infos techniques

 Marchés bio

 Foires et salons

 Les derniers articles

 Nous écrire

 Envoyer un article

DETAIL DE L'INFORMATION
 Envoyer cet article  Imprimer  Voir toutes les infos  Revenir sur Bio-Ethic

De Cancon à Cancun, pour une transition écologique et sociale


Dans le cadre de l’appel du mouvement paysan international « Via Campesina » visant à organiser «Mille Cancún» dans le monde, un rassemblement citoyen massif sera organisé le samedi 4 décembre, de midi à minuit, à Cancon, dans le Lot-et-Garonne (voir l’appel ci-dessous).

Au programme, tables rondes, ateliers et débats pour aborder la question du changement climatique du point de vue des mouvements locaux. Un village alternatif sera installé avec stands et expositions présentant les alternatives portées au quotidien par des milliers d’individus, d’associations et de collectivités territoriales dans le domaine de l’habitat, de l’énergie, de l’agriculture, des transports… Animations musicales, théâtre de rue, repas et concerts rythmeront cette journée, et en feront un rassemblement coloré et festif. Un duplex aura également lieu en début de soirée avec les militant(e)s présents à Cancún, pour faire le point sur les négociations et les mobilisations des mouvements sociaux rassemblés au Mexique. (informations pratiques à retrouver ici)

Parce que de Cancon à Cancún, ce n’est pas le climat qui doit changer, c’est le système ! Un véritable mouvement citoyen international est en train d’émerger. Il entend peser sur les négociations. Les organisations, collectifs et individus qui le composent défendent l’idée qu’au delà du cadre international des négociations, le changement climatique est une problématique vécue au quotidien localement, partout dans le monde.
De nombreuses luttes relatives au changement climatique et au système qui en est responsable se construisent dans les communautés locales, notamment en résistance à des projets d’infrastructure (LGV, aéroport, centrale nucléaire…), ou en proposant des alternatives concrètes dans de nombreux domaines : agriculture, transports, énergie, construction, industrie, finance, travail, consommation, aménagement du territoire…

DE CANCON À CANCUN
APPEL POUR UNE TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE SAMEDI 4 DÉCEMBRE 2010

À Cancun, l’ONU tentera de donner un nouveau souffle aux négociations sur le changement climatique, après l’échec du sommet de Copenhague, dont « l’accord » final, au contenu très limité, n’avait été signé que par 138 pays – un échec sur le plan des négociations, mais un succès du point de vue des mobilisations : un mouvement international pour la justice climatique et environnementale est né à Copenhague, autour d’un contre-forum qui a réuni 50.000 personnes, et de manifestations de rue.

L’appel bolivien pour un sommet des peuples qui a rassemblé plus de 30 000 participants à Cochabamba en avril 2010, a abouti à un texte qui formule les exigences indispensables à un accord international sur le climat juste, ambitieux et véritablement contraignant. Cette initiative porte des alternatives crédibles au sein du débat onusien, dans la mesure où les propositions de Cochabamba font désormais partie de la négociation. Ce sommet des peuples montre l’importance et l’urgence de poursuivre la construction d’un mouvement citoyen international, appuyé sur les initiatives locales, qui puisse peser sur les négociations en cours. Dans cette perspective, Via Campesina a lancé un appel pour «Mille Cancun» dans le monde.

Dans ce cadre-là, Attac, la Confédération paysanne, les Amis de la Terre, BIZI! ont pris l’initiative d’un rassemblement à Cancon dans le Lot et Garonne le samedi 4 décembre. Ses objectifs :
- rendre visibles les luttes et expériences, qui, au niveau local, répondent à la crise écologique et climatique dans les domaines des transports, de l’énergie, de la construction, de l’agriculture, de l’industrie, de la finance, du travail, de la consommation et de l'aménagement du territoire ;
- construire le mouvement pour la justice écologique en l’ancrant dans des pratiques concrètes ;
- mobiliser les mouvements sociaux et citoyens dans la perspective des échéances prochaines, Johannesburg en 2011 et au sommet de la Terre (RIO+20, printemps 2012), en passant par le G20, prévu en France en novembre 2011.
- rappeler que les « fausses solutions » (nucléaire, agrocarburants, etc.) posent de nombreux problèmes environnementaux sans contribuer à la baisse des émissions.

Les premiers signataires :
Action Consommation, AITEC, les Amis de la Terre, ATTAC-France, BIZI !, Combat Monsanto, la Confédération Paysanne, Fédération Sud Étudiant, Union Syndicale Solidaires, Urgence Climatique Justice Sociale.

En soutien :
les Alternatifs, Europe Écologie/les Verts, FASE, Gauche Unitaire, les Jeunes Verts, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, le NPA, le Parti de Gauche.






 Les commentaires des lecteurs


 Ajouter un commentaire