Accès à mon compte
Identifiant
Password
      
Accueil Boutique Echanges Portail Infos Inscription Blog

MENU

 Les Vidéos

 Actualités

 Articles bio-ethic

 Articles des adhérents

 Infos techniques

 Marchés bio

 Foires et salons

 Les derniers articles

 Nous écrire

 Envoyer un article

DETAIL DE L'INFORMATION
 Envoyer cet article  Imprimer  Voir toutes les infos  Revenir sur Bio-Ethic

les lobbies attaquent la rduction des pesticides dans le Grenelle


réduction de l'usage des pesticides... un sondage qui montre que cette mesure est très attendue et des amendements des lobbies qui veulent vider le Grenelle de son contenu dans ce domaine !
Grenelle de l’Environnement : le MDRGF publie les résultats d’un sondage exclusif IFOP/MDRGF sur les attentes et les craintes des français en matière de pesticides au moment ou les parlementaires examinent la loi Grenelle 1 !

Résultats :

- Réduction des pesticides : Un soutien unanime au plan de réduction de l’utilisation des pesticides de 50% dans les 10 ans à venir. 95% des personnes interrogées jugent très important (70%) ou important (25%) que les agriculteurs diminuent de moitié la fréquence des traitements des cultures par des pesticides dans les 10 ans à venir.
Il s’agit là d’un véritable plébiscite de cette mesure qui figure dans le plan présenté par le Ministre de l’Agriculture il y a quelques semaines et qui fait suite aux propositions du groupe Ecophyto 2018 auquel le MDRGF a participé.
Le MDRGF appelle les parlementaires à soutenir et à renforcer les propositions présentées par le gouvernement en la matière lors des prochains votes sur les lois Grenelle 1 et 2. Il s’agit là d’une des mesures fortes du Grenelle de l’environnement et les français ne comprendraient pas que les promesses faites au plus haut niveau de l’Etat sur ce sujet ne soient pas tenues.

- Pesticides et alimentation : Des français inquiets de la présence de résidus de pesticides dans leur alimentation.
80 % des personnes interrogées se disent inquiètes ou très inquiètes à propos de la présence éventuelle de résidus de pesticides dans les produits alimentaires.
Le sondage précise que ce pourcentage est encore plus élevé que pour la présence d’OGM dans l’alimentation. La présence de résidus de pesticides dans l’alimentation est donc une des craintes alimentaires majeures des françaises, comme de précédentes enquêtes l’avaient déjà montré.
Ce sondage intervient alors que l’Union Européenne a revu les Limites Maximales en Résidus temporaires pour certains pesticides et ce sans les aligner sur les plus bas niveaux possibles1 ( voir…) et que l’INSERM vient de publier un rapport qui montre le rôle joué par les pesticides dans de nombreux cancers ( …). Le MDRGF demande à l’Etat français d’obtenir de la Commission Européenne une révision de ces nouvelles LMR communautaires, « au niveau le plus faible raisonnablement atteignable », en application du principe de précaution et comme le prévoit le règlement 396/2005.

-Pesticides dans les lieux publics : Les français favorables à l’interdiction des pulvérisations de pesticides dans les lieux publics tels que les parcs et jardins, voirie, écoles etc.
80% des personnes interrogées se disent favorables à une interdiction des pulvérisations de pesticides dans les lieux publics tels que les parcs et jardins, voirie, écoles…
L’inquiétude des français par rapport aux pesticides ne se limite pas aux utilisations agricoles. Ainsi cette inquiétude est totalement compréhensible car l’exposition directe du public – et particulièrement des jeunes enfants et des femmes enceintes – a lieu quotidiennement dans ces lieux. Une étude récente de l’INSERM montre par ailleurs que l’exposition du foetus aux herbicides induit un risque accru de certains cancers ( …). Le MDRGF demande donc au gouvernement de rendre en compte cette attente des français et d’intégrer ette interdiction d’usage dans les lois Grenelle et dans le règlement européen en préparation sur les pesticides (…)

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus du 11 au 12 septembre 2008. Tout le sondage en ligne sur : http://www.mdrgf.org/pdf/sondage_pesticide_oct08.pdf

la mesure de réduction de 50% des pesticides est la cible des lobbies agricoles à l'Assemblée Nationale.

Divers amendements déposés par M Armand Martin ou Gatignol visent à limiter la portée de cette mesure de réduction de l'usage des pesticides. Ainsi M Philippe Armand Martin, député de la Marne et lui même viticulteur, demande, dans sa proposition d'amendement n° 181, que cette réduction soit calculée « en tenant compte de la politique de réduction des intrants déjà réalisée. » !
Si cet amendement venait à être adopté il s'agirait d'un véritable dévoiement de cette proposition du Grenelle de l'environnement puisque que cela permettrait d'en réduire considérablement la portée en prenant en compte de soi disant efforts passés ! Cette proposition est inacceptable est constituerait un déni des conclusions du Comité Ecophyto 2018 et une véritable provocation si elle venait à être adoptée. Le MDRGF demande aux députés de refuser cet amendement : le projet de Michel Barnier prévoit que cette réduction doit être prise en compte à partir de l'année zéro, soit 2008.

D'autres amendements comme ceux déposés par M Gatignol (217, 218, 219), vétérinaire soutien habituel des demandes du lobby agro industriel, visent également à réduire la portée de cette mesure en limitant l'objectif de réduction. Les amendements 354 et 355 déposés par M Jacob, agriculteur également, visent tout autant à limiter la portée de cette mesure de réduction.
Ils doivent également être refusés par les députés selon le MDRGF qui rappelle que le tout récent rapport de l'INSERM pointe les pesticides comme causes possibles de très nombreux cancers et rappelle que 95% des français trouvent cette proposition de réduction de 50% des pesticides importante ou très importante (sondage IFOP à la demande du MDRGF).

« Le MDRGF, membre de l'Alliance pour la Planète, compte sur la cohérence de la majorité actuelle pour ne pas laisser passer ces amendements dont l'adoption constituerait un véritable déni de Grenelle de l'environnement. » déclare François Veillerette, Président du MDRGF.






 Les commentaires des lecteurs


 Ajouter un commentaire