Articles avec le tag ‘Père Noël’

La Fable du Père Noël

La fable du Père Noël

La fable du Père Noël

La Fable du Père Noël

Ca aurait pu se passer à notre époque.

Le Père Noël, éternel distributeur de cadeaux, a vu son affaire prospérer dans la deuxième moitié du 20ième siècle, avec l’explosion démographique.

De plus en plus d’enfants, partout, avec de plus en plus de cadeaux. Des enfants exigeants, avec des des demandes bien précises de jouets luxueux et volumineux.

Ah, on était bien loin des enfants d’autrefois, des enfants de toujours, qui étaient déjà émerveillés à la seule idée d’avoir un cadeau, un seul. Et dont l’imaginaire était développé par cette merveilleuse nuit de Noël, avec le mystère du cadeau qu’ils allaient découvrir au matin du 25 décembre.

Maintenant, tout était calculé, millimétré, “listé”, vu et réservé à l’avance, pour ne connaître - déjà à cet âge - que le “profit” du nombre de cadeaux.

Le Père Noël, donc, se trouva très vite submergé de travail. De par le nombre croissant d’enfants, et de par le nombre croissant de cadeaux que chacun lui commandait.

Lui, qui était bien gentil, n’osait pas refuser.

Très vite, il avait dû se faire aider par d’autres Père Noël, des “aides-Père-Noël”, et embaucher d’autres rennes, ainsi que fabriquer de nouveaux traîneaux.

Mais, très vite encore, surtout que d’autres enfants, dans des pays où il n’avait pas l’habitude d’aller, commencèrent à lui commander des jouets, très vite donc, il se trouva encore dépassé.

Les Noëls devinrent très difficiles: passer la nuit à courir, toujours plus vite, toujours plus loin, pour pouvoir servir tous les enfants.

Même, même, une année, il crut bien que les rennes allaient faire grève, tellement on leur demandait de plus en plus de travail.

En bas, sur terre, on voyait bien que le Père Noël avait beaucoup de travail.

Tellement que certains petits malins se dirent qu’ils pourraient bien tirer profit de cette situation.

Et c’est ainsi, que un beau jour d’été, le Père Noël, tout occupé à réparer ses traîneaux, vit arriver 2 types à cravates. Des commerciaux, quoi.

Ceux-ci, très courtoisement, venaient en fait lui proposer des traîneaux 4×4 à moteur !

- Mais oui, Père Noël, c’est ça, l’avenir, il faut savoir se moderniser ! C’est ringard, vos vieux traîneaux!

- Et les rennes, vous vous rendez compte ? Ca risque d’apporter des maladies! Et ces crottes de rennes partout sur les ronds-points, m’enfin, ça ne fait pas propres !!

- Avec un traîneau à moteur, vous irez 10 fois plus vite, et dans le grand confort ! Climatisation, caméra de recul, Gps, pilote automatique…
Et effectivement, le Père Noël se prit à rêver. Et il était vrai que ce traîneau à moteur, là garé devant son chalet, recouvert d’une belle peinture métallisée, il avait fière allure !

Quand les hommes à cravates furent partis, ça commença à travailler fort dans la tête du Père Noël. Il se vit dans son beau traîneau 4×4, bien habillé, avec des lunettes noires, au chaud, sans se geler les doigts, avec même incorporé un distributeur de chocolat chaud……L’affaire fut vite réglée

Ce Noël-là ne fut pas comme les autres. La douce nuit de Noël fut troublée par le ronronnement d’un 4×4 qui passait de maison en maison. Nombre d’enfant furent réveillés, et virent par la fenêtre, un drôle de Père Noël qui se la pétait, avec de drôles de lunettes noires, tout fier dans son traîneau 4×4 à moteur.

Dans la maison du Père Noël, ce fut aussi un Noël triste. Les Rennes, d’ordinaire si joyeux cette nuit-là, restèrent allongés dans leur étable, tristes, tout tristes. Le plus vieux d’entre eux mourut dans l’année, de vieillesse et…de tristesse. Les autres, le Père Noël, maintenant qu’il était devenu quelqu’un d’important dans son traîneau 4×4, les loua dans des magasins pour l’époque de Noël. Ils devinrent gros et gras, trop nourris par les enfants. Ils moururent tous très rapidement.

Les traîneaux, les bons vieux traîneaux en bois, pourrirent dans leur remise, car plus personne ne s’occupait d’eux.

Les aides-Père-Noël, sans emplois, se mirent à boire. L’un d’entre eux, le compteur des jouets, finit très mal, il fut embauché dans une banque sur terre. Mais compter de l’argent n’est pas aussi amusant que compter des jouets, il déprima et très vite, il sombra dans l’alcool.

Quant au Père Noël, un beau jour il se rendit compte qu’il était tout seul avec son traîneau 4×4.

Un Noël, alors qu’il faisait très froid, il eut de la peine à finir sa tournée. Au retour de chaque maison, il pensait au temps où les rennes, qui l’attendaient dans la neige, le réchauffaient de leur haleine chaude. Et le bruit de leurs sabots ne résonnait plus dans la nuit de Noël.

Même les enfants ne lui laissaient plus un verre de vin chaud, comme autrefois…

Il regarda son traîneau 4×4 à moteur, le trouva très moche, jeta ses lunettes noires, et pensa mais un peu tard que le monde des hommes lui avait enlevé son âme d’enfant.

Alors, cette nuit-là, quand sa tournée fut finie, le Père Noël revint chez lui, alla dans l’étable des rennes, froide et vide, et il se pendit à une poutre….

 

=========================================================================================== 

Mais non, c’est une histoire, bien sûr !!!!

Mais, sait-on jamais…!

Surtout, n’arrêtez pas de rêver…!

 

J-c D.

Galerie photos
sentier12.jpg arbre6.jpg        element2.jpg arbre6_0.jpg sentier11.jpg sentier14.jpg nature3.jpg element1.jpg element5.jpg